Jean-Noël Bouillon, expérienceur de longue date nous a quittés le 03 12 2015 pour le monde de lumière qu’il connaissait déjà parfaitement bien et qu’il attendait de rejoindre après une vie bien remplie. Bonne route à toi.

Close up of a burning ivory white candle

Nous avions monté ensemble un groupe de prise de parole depuis déjà quelques années et nous gardons de toi le souvenir de quelqu’un de profondément honnête et franc qui a compris le sens profond de la vie grâce à son expérience. Nous avions tissé des liens qui ne se sont pas formés sur la base d’une ressemblance de personnalité comme en société, ni même formée par des goûts en commun, mais ils se sont créés sur des valeurs spirituelles que nous partagions et dont nous avions la ferme conviction qu’elles sont la base nécessaire pour plus d’humanité entre tous les hommes. C’est ce qui donnait à nos réunions la profondeur dont nous sentions l’importance.

Ayant entendu plus de dix fois ton témoignage, je le connais par cœur, le voici.

Témoignage de Jean-Noël du 11 février 1985.

À la hauteur d’Auxerre sud, alors que je viens de doubler quelques voitures, j’arrive rapidement dans une très légère courbe et je me trouve face à une congère de neige verglacée longue de 300 mètres, pas très épaisse, mais super glissante. Je garde mon sang-froid, je lève le pied immédiatement, et j’essaye de maintenir ma voiture en ligne droite en me crispant sur le volant. Mais, c’est le choc… Comme une toupie allant de droite à gauche, je tape les rails de sécurité de l’autoroute et puis plus rien ! Si, un seul souvenir : je me retrouve coincé et allongé entre les sièges avant de la voiture et le tableau de bord avec des souffrances horribles. Je demande à un gendarme de bien vouloir me dégager. Ce dernier me répond qu’il attend l’ambulance et qu’il ne peut rien faire pour moi. À la fin de sa phrase, je m’évanouis.

L’accident est très grave, car je suis écrasé contre le volant de ma voiture. Les chirurgiens constatent des atteintes particulièrement importantes sur mon corps : le thorax est enfoncé, les côtes sont cassées, le foie et le pancréas sont touchés (il faut procéder à une ablation partielle du dernier), la vésicule est également atteinte et j’en garde des cicatrices ; il faut rajouter un fémur cassé (fracture ouverte), une clavicule cassée et déplacée, deux éventrations, un traumatisme crânien et la rate éclatée.

LE COMA

Après 7 opérations à divers endroits de mon corps polytraumatisé, je reste un mois sans connaissance à l’hôpital d’Auxerre au service de réanimation. D’après les chirurgiens et les médecins de l’hôpital, je suis irrécupérable et je dois disparaître de la planète Terre.

Pendant ce long mois d’attente entre la vie et la mort, quelques fois j’entends dans une espèce de brouillard la voix de ma petite femme adorée qui me demande de tenir bon et surtout de ne pas me laisser aller. Elle me dit qu’elle a besoin de moi et qu’il ne faut surtout pas que je m’en aille.

UN IMMENSE BIEN-ETRE

À mon réveil, mes souvenirs sont les suivants : durant ce mois sans connaissance, j’ai une sensation de bien-être, un bien-être jamais ressenti auparavant sur cette terre. Je ne sens plus mon corps, plus de lourdeurs, plus de gêne, une liberté totale envahit mon être. Tout doucement, je quitte mon corps dans un étonnement total, je passe à travers les murs ou les cloisons, je me sens très très bien, aucune sensation de ce genre n’est comparable, en tout cas, de ma vie, je n’ai jamais ressenti autant de joie, de liberté et de bien-être qu’à ce moment-là. Puis, je m’élève à l’horizontale dans un immense cône de lumière. Cette puissance lumière et le bien-être sont aussi difficiles à décrire, mais, c’est une clarté éblouissante et douce qui n’aveugle pas et qui ne fait pas mal aux yeux.

Pendant que je monte dans ce cône de lumière, j’entends une musique d’un autre type ; oui, c’est le mot. Ce n’est pas un genre de musique que nous connaissons sur cette planète. C’est une musique grandiose indescriptible, une finesse, une harmonie où l’on ne distingue aucun instrument en particulier. C’est un ensemble de notes harmonieuses qui vous pénètrent entièrement et vous donnent un bien-être inoubliable !

« QU’AS-TU FAIT DANS TA VIE ? »

Arrivé en haut du tunnel à travers ce cône de lumière éblouissante, un visage inconnu m’apparait, un homme à barbe dans une robe blanche me dit par télépathie d’une voix douce et déterminée : « Qu’as-tu fait dans ta vie ? » À partir de sa question et en quelques millièmes de seconde, j’ai droit à une rétrospective complète de ma vie, depuis ma naissance avec tout ce que j’ai fait de bien et de mal. Le bilan est complet avec une analyse parfaite de ce qu’il me reste à faire pour combler certaines lacunes de ma vie. En effet, je m’aperçois que toute ma vie j’ai couru après l’argent, la situation, la reconnaissance, les biens matériels et le confort moderne sans jamais me préoccuper suffisamment de mon environnement. Revoir le film de sa vie de A à Z est très très impressionnant et c’est à ce moment-là que je mesure les points négatifs et positifs de ma vie. Je me souviens par exemple qu’étant enfant, j’avais pris une petite voiture dans un magasin, et au retour à la maison, ma mère m’avait grondé et obligé de rapporter la voiture au marchand, mais je comprends seulement maintenant le geste d’amour de ma mère qui me protégeait. Après le film de ma vie et en réponse à cette vision, le personnage m’incite à prendre la décision de redescendre sur terre pour changer de chemin spirituel et accomplir ma mission en m’améliorant. Et ma mission c’est aussi de parler de mon expérience. L’analyse de ma vie m’a fait comprendre que je ne pouvais pas rester dans l’au-delà et que je devais finir ma vie terrestre le mieux possible.

Sans faire mal aux yeux, la lumière est extrêmement puissante et lumineuse, certains objets ont leur propre lumière bleutée. Avant de repartir, l’être de lumière me montre un village bleu et lumineux, très beau et reposant, c’est très réel.

UNE NOUVELLE VIE

J’ai mis plus d’un an à récupérer mes capacités intellectuelles et physiques. Il serait trop long de décrire l’extrême et immense dévouement que mon petit bout de femme m’a prodigué pendant ce calvaire, et si toutes ces années après, je suis toujours en vie, c’est en grande partie grâce à elle ! Lorsque je suis en mesure de reprendre le contact avec la réalité, le travail, la vie, je m’aperçois que le sursis de vie terrestre que j’ai obtenu doit être rempli tout à fait différemment. Je m’y emploie le plus rapidement possible en m’engageant dans de nombreux bénévolats.

Une de mes missions est de faire le plus de bien possible autour de moi parce que j’ai bien compris qu’avant je n’étais pas sur le bon chemin de la vraie vie et cette expérience m’a fait grandir et complètement modifié ma façon de voir les choses. En changeant totalement de mentalité, je me tourne davantage vers les autres, et je comprends que sur la terre, il faut soutenir les actions des différentes associations caritatives dans la vie de tous les jours. Maintenant, je m’efforce de remplir les vraies missions de ma vie avec plus de tolérance et plus d’amour. En essayant de voir les choses différemment, j’espère que ces quelques lignes seront profitables à ceux qui cherchent à savoir ce qu’ils deviendront après la vie terrestre en leur permettant de réfléchir au bien-fondé de leurs actes et de leurs pensées dans la vie présente, avant de juger ou d’agir trop rapidement.

Le visage de l’être de lumière est gravé dans ma mémoire et je n’ai jamais ressenti auparavant sur terre cet état plein d’amour et de bien-être. Le tunnel ou l’immense cône blanc est baigné d’une lumière très forte sans être éblouissante et d’une pureté totale. C’est toujours aussi clair dans ma mémoire, et je reste toujours aussi strict dans ma description, je n’en rajoute jamais.

Je n’ai plus peur de la mort, j’ai une mission à accomplir, une œuvre sur l’amour, le bien-être, le sentiment de liberté. Depuis cet évènement, j’arrive à déterminer si les gens sont spirituels ou pas, et le mauvais comportement de certains me fait toujours penser à mon expérience, parce que je repense toujours au film de ma vie et aux efforts qu’il faut faire pour remédier aux points négatifs.

Cette chance extraordinaire d’avoir vécu une expérience est à partager avec les autres, nous devons tous savoir que notre passage sur la planète terre est nécessaire pour grandir. Donc, pourquoi encore hésiter a informer ceux qui auraient des craintes ou des difficultés à intégrer ce type de connaissances !

Cette dernière phrase que tu as écrite trois semaines avant de partir est en quelque sorte ton testament de cette vie : « NOUS SOMMES DANS LA LUMIÈRE, AVEC ELLE, NOUS AVONS CHOISI D’EN PARLER ET D’EN TÉMOIGNER, SURTOUT AUPRÈS DE CEUX QUI SE POSENT DES QUESTIONS SUR NOTRE PRÉSENCE SUR LA PLANÈTE TERRE, MAIS ÉGALEMENT POUR SAVOIR CE QU’IL Y A APRÈS. LES TÉMOIGNAGES DU MONDE ENTIER DES “EMISTES” DEPUIS LA NUIT DES TEMPS M’ONT PERMIS DE CONSIDÉRER LES CHOSES AUTREMENT. NOUS SOMMES ICI POUR TRANSMETTRE L’AMOUR, LA JOIE, LE BIEN-ÊTRE. LA MÉDITATION ET LA PRIÈRE SONT À LA BASE DE TOUT. »

Jean-Noël, MERCI à ta belle personne d’avoir croisée nos chemins : Hermine, Olivia, Philippe et les autres… Ta force à te reconstruire après ton accident est un exemple et le poème que tu as choisi pour ta crémation continue de nous montrer le chemin.

Poème de David M. Romano

Quand demain commencera sans moi,

Quand je ne serai plus là pour voir,
Si le soleil se lève pour découvrir tes yeux
Emplis de larmes pour moi ;
J’aimerais tellement que tu ne pleures pas
Comme tu as pleuré aujourd’hui,
En pensant à toutes ces choses
Que nous ne nous sommes pas dites.
Je sais combien tu m’aimes,
Autant que moi je t’aime,
Et à chaque fois que tu penses à moi,
Je sais aussi que je te manquerai ;
Mais quand demain commencera sans moi,
S’il te plaît, essaie de comprendre,
Qu’un ange est venu, a appelé mon nom,
Et m’a pris par la main,
Et m’a dit que ma place était prête,
Aux cieux loin là-haut
Et que je devais laisser derrière moi
Tous ceux que j’aime tant.
Mais alors que je me tournais pour partir,
Une larme a coulé de mon œil
Car toute ma vie, j’avais toujours pensé,
Que je ne voulais pas mourir,
J’avais tellement à vivre,
Tant à faire encore,
Il semblait presque impossible
De te quitter.

J’ai pensé à tous les hiers,
Les bons et les mauvais,
J’ai pensé à tout l’amour que nous avons partagé,
Et tout le plaisir que nous avons eu.
Si je pouvais revivre hier
Même juste un instant,
Je te dirais au revoir et t’embrasserais
Et peut-être te verrais-je sourire.
Puis j’ai compris
Que cela ne pouvait plus être,
Car le vide et les souvenirs                                                                                                                                                                                                             prendraient ce qui fut ma place.
J’ai pensé à toi, et  alors
Mon cœur s’est empli de peine.
Mais  quand j’ai franchi les portes du ciel,
Je me suis senti tellement chez moi
Quand Dieu m’a regardé et m’a souri,
Depuis Son grand  trône doré,
Il m’a dit : « Ceci est l’éternité,
Et tout ce que je t’ai promis.
Aujourd’hui ta vie sur terre est passée
Mais elle commence ici de nouveau.
Je ne promets aucun lendemain,
Car aujourd’hui durera toujours,
Et puisque chaque jour est le même chemin,
Il n’y a aucun passé à regretter.
Tu as été si fidèle,
Si confiant et si vrai.
Bien que parfois
Tu aies fait certaines choses
Que tu savais ne pas devoir faire.
Mais tu as été pardonné
Et maintenant enfin tu es libre.
Alors veux-tu venir et prendre ma main
Et partager ma vie avec moi ? »
Alors quand demain commencera sans moi,
Ne crois pas que nous soyons éloignés,
Car chaque fois que tu penses à moi,
Je suis là dans ton cœur.